top of page

Études Supérieures


Je suis sur le point d'entreprendre la première année d'un programme de maîtrise en biologie et j'ai été très heureuse d'apprendre que j'avais obtenu une subvention du CRSNG (BESC M). Je dois déménager en province pour ma maîtrise, alors j'étais heureuse d'apprendre que l'on m'accordait ce financement pour la première année de mes études. Puis j'ai appris que cette bourse prestigieuse et compétitive pour laquelle j'avais travaillé si fort était inférieure au salaire minimum. Heureusement, je suis extrêmement passionnée par l'apprentissage et la poursuite de mes études, car sinon, j'aurais peut-être abandonné. Les étudiants ont besoin d'être soutenus. Nous sommes l'avenir de la science, et si nous sommes trop préoccupés par les factures ou l'épicerie, comment pouvons-nous nous concentrer uniquement sur nos recherches ? Ma province a récemment supprimé le programme d'assurance-emploi destiné aux étudiants, qui, je l'espérais, me fournirait un petit coup de pouce supplémentaire pour m'en sortir. Je dois maintenant demander tous les prêts que je peux obtenir. Je ne devrais pas m'inquiéter de savoir comment je vais payer mon loyer avec la maigre bourse d'études qui m'enthousiasmait tant.


Si le financement des études supérieures était de 35 000 dollars canadiens par an pour tous les étudiants, comment cela changerait-il votre vie ? En tant qu'étudiant débutant, je serais heureux d'apprendre que je n'ai pas à passer des heures à étudier les programmes de prêts étudiants. Je ne me préoccuperais pas de savoir si je dois trouver un emploi à temps partiel pour couvrir mes frais de subsistance tout en essayant de mener mes recherches. Cela soulagerait tant de mes angoisses. Aujourd'hui, j'ai appris que le financement que j'ai reçu me place sous le seuil de pauvreté au Canada. Comment cela peut-il être acceptable ? J'aimerais bien n'avoir à me soucier que de mes recherches.

Comments


Support Our Science(12).png
bottom of page