top of page

Études Supérieures


Mon école a réduit de moitié le financement des étudiants en master l'année où j'ai commencé, ce qui signifie que je n'ai eu qu'une année de frais de scolarité couverte, bien que j'aie obtenu la bourse d'entrée la plus élevée. Mon programme n'offre même pas, et encore moins ne garantit, de postes de TA ou de RA pour les étudiants en maîtrise. L'allocation que me verse mon superviseur est bien inférieure à un salaire de subsistance et à un soutien de niveau tripartite. J'ai gagné une bourse provinciale, mais celle-ci est versée à mon superviseur pour réduire sa contribution à mon allocation et non à moi. Je n'ai reçu aucune augmentation de financement malgré le fait que j'ai gagné une bourse de recherche concurrentielle. Cette situation a été incroyablement stressante, car j'ai dû déménager pour trouver un loyer moins cher, Ph.D.on, ce qui est encore plus que ce que je peux me permettre. Cette réalité m'a fait reconsidérer complètement la possibilité de poursuivre un doctorat ou de rester dans le milieu universitaire, en raison des conséquences que cela aurait non seulement sur moi-même, mais aussi sur la fondation d'une famille, ce qui serait essentiellement impossible puisque je ne peux actuellement pas couvrir mes propres coûts de vie très minimes, sans parler de ceux d'un enfant.


Si le financement des études supérieures était de 35 000 $ CAN par an pour tous les étudiants, comment cela changerait-il votre vie ? Augmenter le financement des études supérieures à 35 000 $ serait très utile pour moi, car cela correspondrait à un salaire de subsistance dans ma ville actuelle et je n'aurais pas à me soucier du loyer, de l'épicerie, etc. Je me méfierais encore de la poursuite d'un doctorat et du milieu universitaire en général, car je ne pense pas que 35 000 ou 60 000 dollars suffisent pour vivre dans les villes les plus chères du Canada. Je pense que le coût de la vie devrait être pris en compte, que ce soit par une augmentation du financement dans certaines régions ou par des subventions pour les frais de logement qui seraient proportionnelles au coût de la vie dans la région. Les doctorants et les post-doctorants n'ont pas vraiment la possibilité de choisir leur lieu de résidence, il faut donc tenir compte des grandes différences de coût de la vie. Je pense également que 60 000 euros est encore trop bas pour les post-docs. Les équivalents industriels pour les employés ayant une formation de niveau doctoral sont nettement plus élevés ; si nous valorisons la recherche dans les milieux universitaires, les montants de financement doivent être compétitifs pour retenir ces chercheurs et refléter leur formation et leur niveau de compétence.


Commentaires supplémentaires : Je ne sais pas si cela s'inscrit dans le cadre de la discussion sur le financement, mais les syndicats pour les étudiants diplômés et l'obtention de syndicats pour les postdocs seraient également très importants pour mieux protéger les étudiants dans les relations surchargées et déséquilibrées avec les chercheurs principaux qui peuvent faire ou défaire les bourses de financement et les allocations en général, ainsi que l'équilibre travail-vie personnelle et les congés. Les avantages en matière de soins de santé devraient également être améliorés, car il s'agit d'un énorme obstacle à l'accessibilité pour un grand nombre d'étudiants. Les personnes souffrant de problèmes de santé chroniques, de handicaps et les familles ont donc du mal à se payer des soins médicaux pendant qu'elles sont à l'université ou n'entrent tout simplement pas dans le monde universitaire parce que l'absence d'avantages sociaux et le faible salaire empêchent l'accès à des soins de santé abordables.



Comentarios


Support Our Science(12).png
bottom of page