top of page

Études supérieures


Bien que j'aie travaillé à temps partiel ou à temps plein depuis l'âge de 15 ans et pendant toute la durée de mes études, et que je vive aussi frugalement que possible, la maigre allocation qui m'a été accordée en tant qu'étudiante diplômée m'a permis de vivre (et continuera de vivre) dans la pauvreté. J'ai connu le sans-abrisme à plusieurs reprises par le passé et je crains qu'avec la montée en flèche du coût de la vie, je sois à nouveau obligée de choisir entre payer mon loyer et me nourrir. Récemment, par curiosité, j'ai calculé combien nous gagnerions par heure (je travaille de 55 à 60 heures par semaine) sur la base de notre allocation mensuelle - ce qui revient à environ 5 $ de l'heure. Laissez-vous convaincre. Nous sommes des chercheurs, des enseignants, des mentors, des penseurs, des écrivains et des ouvriers qualifiés. Dans d'autres pays (p. ex. l'Angleterre), les étudiants diplômés reçoivent un salaire décent, ne paient pas de frais de scolarité et ont des heures de travail " normales " (raisonnables). - C'est-à-dire qu'ils ont les mêmes droits que la plupart des autres employés au Canada. Ne serait-il pas agréable que les étudiants chercheurs soient suffisamment appréciés pour bénéficier de ces droits ici aussi ?


Si le financement des études supérieures était de 35 000 dollars canadiens par an pour tous les étudiants, en quoi cela changerait-il votre vie ? Ce serait certainement une amélioration, mais je crains que d'ici à ce que ce changement soit effectué (ce qui pourrait prendre un certain temps), il soit trop tard pour de nombreux étudiants en difficulté. Plaider pour la gratuité des frais de scolarité (dès que possible) pourrait être une excellente solution à court terme en attendant que l'élite décide si oui ou non nous méritons d'être payés au-dessus du seuil de pauvreté.


Je ne vois aucune raison pour laquelle les étudiants diplômés doivent payer des frais de scolarité, surtout pendant les semestres où ils ne suivent pas de cours. La suppression de cette contrainte financière ridicule pourrait permettre de dégager une marge de manœuvre vitale dans nos budgets, car une fois les frais de scolarité payés, les allocations ne suffisent même pas à couvrir les coûts essentiels et les urgences. L'idée que nous reversions un tiers de nos revenus aux institutions qui profitent de notre dur labeur est complètement absurde. Les administrateurs des universités les plus importantes gagnent 20 fois plus que nous. Nous sommes l'épine dorsale de la recherche - nous fournissons un travail et une créativité considérables qui sont exploités de manière omniprésente par les institutions pour lesquelles nous travaillons.


Commentaires supplémentaires : Bien qu'il existe d'excellents syndicats d'étudiants diplômés, ils servent principalement à soutenir notre travail en tant que RA, TA et instructeurs. Nous avons besoin de soutien en tant qu'étudiants et en tant que chercheurs également !

Comments


Support Our Science(12).png
bottom of page