top of page

Chercheurs postdoctoraux


Qu'est-ce qu'un boursier postdoctoral ?

Les boursiers postdoctoraux, souvent appelés postdocs ou PDF, sont des personnes très instruites et qualifiées qui détiennent un doctorat (p. ex., PhD, MD ou l'équivalent) et qui font de la recherche, de l'enseignement ou d'autres activités savantes dans divers milieux (y compris les universités, les organismes gouvernementaux, les établissements de recherche, etc.) Les postdoctorants sont une composante essentielle de l'économie canadienne fondée sur le savoir. Ils s'acquittent d'une grande variété de tâches, telles que la conception, la réalisation et l'évaluation de recherches fondamentales et appliquées, la rédaction de demandes de subvention, la rédaction et l'examen par les pairs de manuscrits, l'enseignement, la supervision et l'encadrement d'étudiants de premier et de deuxième cycles, la présentation de résultats lors de conférences, la participation à des comités administratifs, etc.


Ces postes sont parfois perçus comme une "formation", ce qui perpétue les faibles salaires de nombreux postes postdoctoraux. Cependant, les chercheurs postdoctoraux travaillent à temps plein et contribuent grandement aux secteurs de la science et de la recherche au Canada ; à ce titre, ils devraient être rémunérés adéquatement pour leur travail hautement qualifié et compétent.


Comment les chercheurs postdoctoraux sont-ils financés ?

Le financement postdoctoral peut provenir de diverses sources, comme un financement interne payé directement par le superviseur (c.-à-d. le chercheur principal du projet), des bourses administrées par les universités, un financement industriel et les bourses postdoctorales des trois Conseils. Les bourses postdoctorales des trois Conseils sont administrées par les trois principaux organismes de financement de la recherche du Canada : les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG). Selon l'enquête 2020 menée par l'Association canadienne des chercheurs postdoctoraux, 50 % des répondants postdoctoraux au Canada sont actuellement financés par les fonds de leurs superviseurs, tandis qu'un cinquième des postdoctorants actuels ont déclaré avoir reçu des bourses des trois organismes, et 10 % ont obtenu des bourses institutionnelles ou départementales.


Pourquoi le financement doit-il augmenter ?

Le postdoctorant canadien moyen est âgé de 34 ans et possède plus de huit ans d'expérience dans l'enseignement postsecondaire. De nombreuses personnes terminent leur doctorat avec peu ou pas d'économies et doivent ensuite décider de ce qu'elles vont faire ensuite. La norme de rémunération d'un postdoctorant (p. ex. 45 000 $ par an pour le CRSNG) est équivalente à celle d'un poste de premier échelon que l'on peut obtenir avec un minimum de formation. En fait, cette disparité salariale signifie que les personnes qui poursuivent un postdoctorat après avoir obtenu leur doctorat perdent environ 1/5e de leur potentiel de rémunération au cours des 15 années suivant leur doctorat [1].


De nombreux doctorants décident de ne pas poursuivre un postdoc, car la faible rémunération les empêche de franchir les étapes importantes de leur vie (par exemple, posséder une maison, épargner pour la retraite, se marier, avoir des enfants, voyager, etc.) La faible rémunération d'un poste postdoctoral est d'autant plus difficile que les études supérieures donnent rarement l'occasion à une personne de générer des économies qu'elle peut utiliser pour traverser une période de faible revenu. Cela a un effet disproportionné sur ceux qui n'ont pas la possibilité de vivre sous le seuil de pauvreté pendant une période prolongée. De plus, le travail postdoctoral comporte des coûts cachés qui sont rarement compensés financièrement, comme l'obligation de déménager et la nature précaire de ces postes (la plupart des postdocs durent un à deux ans).


[1] Powell, D. 2017. The price of doing a postdoc. Science. doi: 10.1126/science.caredit.a1700003


Un postdoctorant canadien est titulaire d'un doctorat et a, en moyenne, 34 ans. Les bourses postdoctorales concurrentielles des trois organismes sont évaluées à 45 000 $ par année. Si l'on considère le coût de la vie dans les grandes villes canadiennes, 45 000 $ ne suffisent pas à couvrir les dépenses annuelles.


* Les dépenses annuelles comprennent le loyer d'un appartement de deux chambres, les services publics (téléphone, Internet, électricité), l'épicerie pour un ménage de trois personnes, le transport et l'école maternelle. Les dépenses varient de 42 252 $ à 79 104 $/an. Les données sont disponibles ici.

Comments


Support Our Science(12).png
bottom of page