top of page
UBC (2).jpg

EN SAVOIR PLUS

Arguments fondés sur des données probantes pour accroître le financement fédéral des bourses d'études et de recherche

Le rôle des étudiants diplômés et des chercheurs postdoctoraux

Les étudiants diplômés et les chercheurs postdoctoraux constituent la main-d'œuvre qui fait des découvertes, mène des recherches et crée de nouvelles innovations dans les universités canadiennes. L'expression "étudiants aux cycles supérieurs", ou ceux qui poursuivent une maîtrise ou un doctorat, peut évoquer l'image d'étudiants qui apprennent passivement. Cette image est trompeuse. Les étudiants diplômés mènent des recherches novatrices qui repoussent les limites de leur discipline. Cela nécessite un travail à temps plein en laboratoire ou sur le terrain, et souvent les étudiants diplômés contribuent également à l'enseignement dans leur université. Les étudiants aux cycles supérieurs sont formés pour devenir des scientifiques, des ingénieurs, des professionnels de la santé, des spécialistes des sciences sociales et des artistes de premier plan. Les chercheurs postdoctoraux ont déjà obtenu un doctorat et comptent parmi les membres les mieux formés et les plus instruits de notre société. Dans leur rôle, ils sont des employés à plein temps qui continuent à faire avancer la recherche. Les étudiants de troisième cycle et les chercheurs postdoctoraux apportent des solutions à certains des problèmes les plus importants auxquels notre société est confrontée, notamment en créant de nouveaux traitements pour les maladies, en construisant des sociétés équitables, en améliorant l'adaptation et la résilience au changement climatique, en trouvant de nouvelles utilisations pour l'intelligence artificielle, et bien d'autres choses encore. Leurs découvertes améliorent notre bien-être et alimentent notre économie. Nous avons besoin de leur talent et de leur innovation pour aider le Canada à prospérer plus que jamais.

Comment rémunère-t-on actuellement les étudiants aux cycles supérieurs et les boursiers postdoctoraux ?


La plupart des étudiants aux cycles supérieurs et des chercheurs postdoctoraux sont rémunérés par des bourses fédérales des trois organismes et par des subventions accordées à leurs directeurs de recherche.

Ask

Ces quatre questions sont essentielles pour améliorer l'écosystème du financement de la recherche au Canada.
 

  • Les bourses fédérales fixent la norme nationale de ce qui est considéré comme un salaire adéquat pour les étudiants diplômés et les chercheurs postdoctoraux.

  • Si la valeur des bourses augmente sans que cela s'accompagne d'une augmentation des subventions de recherche accordées aux professeurs, les étudiants qui ne sont pas directement soutenus par des bourses ne bénéficieront d'aucune augmentation de salaire.

  • Ces demandes rendront le Canada plus compétitif sur le plan international, réduiront les obstacles à l'éducation et augmenteront les résultats de la recherche, car les étudiants diplômés et les chercheurs postdoctoraux n'auront pas à occuper plusieurs emplois et à se disperser.

DEMANDE 1 : La valeur des bourses n'a pas suivi le rythme de l'inflation

La valeur des bourses d'études supérieures (CGS-M, PGS-D) n'a pas augmenté depuis 20 ans. Les bourses postdoctorales (PDF) ont connu une modeste augmentation au cours de la même période.  Depuis 2003, l'inflation a été de 52 % (source : Banque du Canada).

Les recommandations du comité SRSR d'une augmentation de 25 % sont trop faibles et n'amèneraient les valeurs qu'à 2015 en termes d'inflation depuis 2003.

Ask 1
Ask 2

DEMANDE 2 : Le nombre d'étudiants diplômés a doublé depuis 2003

Le nombre de bourses d'études supérieures a diminué en 2010 et est demeuré relativement stable depuis. Toutefois, au cours de la même période, le nombre d'étudiants diplômés au Canada a doublé.
 

Il ne suffit pas seulement d'augmenter la valeur des bourses, il faut en offrir davantage pour soutenir les étudiants aux cycles supérieurs.

NSERC amounts.png
enrollment.jpg

Données de Statistique Canada

Ask 3

Nombre de bourses postdoctorales du CRSNG

Nombre de docteurs

DEMANDE 3 : Doubler le nombre de bourses postdoctorales

Le nombre de bourses postdoctorales (PDF) a diminué de 40 % depuis 2010, alors que le nombre de doctorants a doublé. Sans une augmentation appropriée du nombre de bourses postdoctorales, le Canada ne pourra pas assurer un approvisionnement en Canadiens hautement qualifiés possédant des compétences de pointe en matière de recherche.

Ask 4

DEMANDE 4 : La plupart des étudiants diplômés et des boursiers postdoctoraux sont rémunérés grâce à des bourses de recherche.

L'augmentation de la rémunération de tous les étudiants aux cycles supérieurs et des chercheurs postdoctoraux ne peut se faire qu'en augmentant la valeur des subventions de recherche ainsi que des bourses d'études et de recherche.

Les subventions de recherche individuelles, telles que la subvention à la découverte du CRSNG, ont stagné au cours des cinq dernières années, malgré une inflation de 17 %.

Subvention moyenne du CRSNG 2016-2020

DI.png

Comment ces coûts se répartissent-ils dans le temps ?

Raison d'être

Imprtnt

Les étudiants diplômés titulaires d'une bourse des trois agences n'ont pas les moyens de vivre confortablement dans les villes canadiennes où ils étudient.

Les chercheurs postdoctoraux sont des employés à temps plein. L'allocation de 45 000 dollars est donc également imposée comme un revenu.
 

Sur la base du coût de la vie (appartement de deux chambres à coucher, épicerie, transport), les postdoctorants ne peuvent pas vivre sans s'endetter dans n'importe quelle grande ville canadienne.

image.png
Untitled design(25).png

Qu'est-ce qu'un salaire décent pour les étudiants diplômés ? Laframboise et al. (2023) fournissent une estimation pour 15 universités canadiennes.

table 3.gif
oecd2.png

Il y a cinquante ans, le Canada avait la deuxième plus grande productivité du travail parmi les pays du G7. Aujourd'hui, nous sommes à l'avant-dernier rang, devançant seulement le Japon. Le Canada est le pays du G7 qui consacre le moins d'argent à la recherche et au développement, les dépenses n'ayant pas augmenté au cours des 20 dernières années. En 2017, le rapport Naylor a souligné la baisse des investissements du Canada dans la recherche et le développement.

Les bourses fédérales d'études supérieures et les bourses postdoctorales du Canada ne sont pas concurrentielles par rapport à d'autres pays. Par exemple, aux États-Unis, la bourse de doctorat équivalente offerte par la National Science Foundation est évaluée à 65 000 $CAN, comparativement à 21 000 $ pour les bourses ES D et à 35 000 $ pour les bourses BESC D.  De même, la bourse postdoctorale de la NSF est évaluée à 106 000 dollars canadiens, contre 45 000 dollars pour les bourses des trois agences.

 

Untitled design(23).png

Un rapport de 2016 a révélé qu'un diplômé en STIM sur quatre quittait le Canada pour travailler, citant le salaire plus élevé comme raison principale. En 2019, le McGill Trace Report estimait que 38 % de tous les doctorants nouvellement formés en sciences humaines et sociales et en beaux-arts au Canada quittaient le pays pour de meilleures opportunités dans d'autres pays, principalement les États-Unis et l'Europe.  Un article paru en 2023 dans le Globe and Mail a mis en lumière l'histoire d'étudiants diplômés qui ont abandonné la recherche ou choisi de faire leur recherche postdoctorale dans d'autres pays parce que la situation financière au Canada était intenable.

Lorsque ces personnes partent, l'investissement qu'elles ont fait est perdu, y compris la perte d'opportunités et d'innovations futures qui auraient été obtenues en les gardant au Canada. Compte tenu d'une inflation de 15 % depuis 2019 et d'un marché de plus en plus concurrentiel pour attirer et retenir les talents, il est probable que le Canada perde aujourd'hui plus d'un milliard de dollars par an en investissements perdus dans les talents.

UBC (1).jpg

Témoignages

Comment se passe la vie d'un étudiant diplômé ou d'un post-doctorant au Canada ?

testmonials
wordlcloud2.png

Nous avons posé la question suivante : quelle est votre expérience en matière de financement en tant qu'étudiant diplômé/chercheur postdoctoral et comment cela a-t-il affecté votre qualité de vie ?

Western University.jpeg

Dans le contexte actuel de financement, je dois choisir entre ma passion pour la recherche et ma stabilité financière et celle de ma famille.

Je quitterai le Canada à la fin de mon doctorat, je ne veux pas me démener en tant que postdoc.

Je ne me sens pas digne et valorisé. Je me sens comme un citoyen de seconde classe.

Je ne savais pas que faire de la science au Canada signifiait vivre dans la pauvreté. Mais je n'en veux à personne, car c'est de ma faute si j'ai choisi le Canada.

Témoignages études supérieures

Témoignages chercheurs postdoctoraux

Support Our Science(12).png
bottom of page